L’état de Flow en entreprise

Dans un article précédent sur la gamification des recrutements, nous avons évoqué la notion de Flow ou l’état de Flow. Ce terme a été proposé par le psychologue hongrois Mihaly Csikszentmihalyi qui a étudié, depuis les années 60, la productivité de plusieurs corps de métier aux états unis comme par exemple les musiciens, les poètes, les scientifiques ou encore les sportifs.

Les travaux du Dr. Csikszentmihalyi ont été influencés en grande partie par les séquelles psychologiques chez les rescapés de la Deuxième Guerre mondiale. Après avoir assisté à une conférence d’un certain Carl Jung, fondateur de la psychologie analytique, il s’est passionné pour la psychologie et il a décidé plus tard d’en faire son métier. Ses recherches ont largement porté sur l’impact psychologique des comportements de tous les jours. Pour mener ses expériences, il a eu l’idée d’équiper des personnes avec des bipers qui sonnaient aléatoirement dix fois par jour. A ce moment-là, les personnes étaient censées prendre des notes pour décrire ce qu’ils ressentaient et ce qu’ils étaient en train de faire.

Les résultats de ces recherches ont montré une chose étonnante, les meilleurs moments décrits par les participants correspondent à des moments d’activités. Des moments de la journée dans lesquels les personnes sont impliquées corps et âme, volontairement, dans une activité stimulante. Comme disait Aristote la nature a horreur du vide et il apparait que la psyché humaine aussi. Par voie de conséquence, l’effort nous est préférable à la relaxation dans un sens et nous fait plus de bien que l’oisiveté. Quand on y pense, le temps libre nécessite aussi quelques activités pour être jouissif.

Le Flow est défini comme un état dans lequel les personnes sont tellement impliquées dans une activité que tout le reste semble ne plus avoir d’importance. A ce stade, il n’y a plus d’attention restante pour toutes autres réflexions négatives. Afin de susciter cet état en entreprise, il faut que la tâche à accomplir soit en adéquation entre les capacités des collaborateurs et l’esprit de challenge. En effet, s’il n’y a pas de challenges, les personnes s’ennuient et si la tâche à accomplir est trop complexe, cela risque de provoquer de l’anxiété.

Le Flow peut être représenté aussi par les valeurs de l’entreprise comme c’est le cas du cofondateur de Sony Masaru Ibuka. Selon lui, le premier but de Sony est d’établir un environnement de travail dans lequel les ingénieurs peuvent ressentir la joie de l’innovation technologique, être conscient de leur mission envers la société et travailler à cœur joie.

Insuffler le Flow chez les collaborateurs contribue à augmenter considérablement le bien-être des collaborateurs, leur satisfaction ainsi que leur accomplissement. Ceci peut permettre aussi à termes d’augmenter l’engagement des collaborateurs.

 

 



Atef Cherbib

Rédacteur WEB

 

Administrator