Cultiver la culture de performance au sein de l’entreprise !

Dans un environnement digital de plus en plus complexe et concurrentiel, la gestion des talents est plus que jamais devenu un élément clé pour de nombreuses entreprises. Aujourd’hui, la motivation est un élément déterminant au regard du taux d’engagement des salariés. Pour être performants, ils doivent être motivés.

Des salariés heureux sont des salariés performants. Il va de soi que le bien-être au travail est un facteur majeur de productivité. Comment instaurer une culture du bonheur ?

La motivation, moteur de performance collective

Dans un monde numérique, les dirigeants, les responsables de Ressources humaines, les managers doivent faire de la motivation une préoccupation de tous les jours. Sans motivation, pas d’action, pas d’innovation, pas de résultats et donc pas d’avenir pour l’entreprise.

Nombreux sont encore les salariés qui travaillent dans une ambiance lourde et n’ont de ce fait aucun plaisir à être ensemble (Risque d’absentéisme, Turn-over). Ce constat ne va pas dans le sens de la performance à long terme.

La culture d’entreprise doit aller dans le sens de la convivialité, l’échange et le partage. Ainsi, les moments collectifs et conviviaux, comme des afterworks, des séminaires, café à volonté, permettent de créer ce dynamisme, source de performance pour rendre les offres d’emploi attrayantes et attirer de nouveaux talents dans leurs équipes.

Bien-être et reconnaissance au travail : fort sentiment d’appartenance

Cohésion et esprit d’équipe sont à la base du bien-être au travail et la clé de l’excellence. A une époque où la compétitivité et la quête de la performance sont devenues un leitmotiv. Là se situe l’enjeu difficile et permanent du responsable d’équipe de répondre à ce besoin nécessaire du « bien vivre ensemble ».

De nombreuses études indiquent que les entreprises dotées d’une véritable raison d’être et d’un ensemble de valeurs culturelles clairement défini sont plus performantes. Le « sentiment d’appartenance » est étroitement lié aux actions que réalise l’entreprise pour entretenir son image interne, et à la façon dont elle est gérée.

Séduire et fidéliser les talents : un enjeu clé du management RH

Les valeurs de l’entreprise permettent de définir sa culture.  Celle-ci se révèle être majeure pour le recrutement, la fidélisation des talents et la performance d’une entreprise. La culture d’entreprise reste un argument important pour les entreprises désirant attirer de nouveaux talents. En mettant en avant leurs valeurs, leurs codes, leur culture propre, les employeurs cherchent à séduire et fidéliser les talents par la différenciation.

Le bonheur au travail, une culture à valoriser

Bien que les collaborateurs n’ont pas les mêmes besoins, objectifs, préférences et personnalités, il est primordial d’indiquer que le respect, l’équité des traitements, la responsabilisation, le fait de se sentir apprécié ou encore réaliser un travail utile et intéressant sont les principaux ingrédients du bonheur au travail.

Recruter des salariés avec des valeurs communes 

Il est essentiel d’avoir une base de valeurs communes afin d’entretenir ces bonnes relations et d’éviter les conflits, surtout contre les différentes générations. Les entreprises devront prendre en compte la manière de créer une culture ouverte qui fonctionne pour tout le monde.

Le climat social dans une entreprise

Le climat social peut se définir par le niveau de satisfaction qu’éprouvent les salariés d’une entreprise sur leur lieu de travail. Plus le climat social est bon, plus les salariés seront motivés et performants.

La rémunération : son engagement est récompensé par des augmentations ou des primes.

L’ambiance : le responsable met en place les moyens pour entretenir une atmosphère de travail apaisée.

L’évolution de carrière ou le statut : le salarié doit pouvoir multiplier les expériences au sein de l’entreprise, changer de poste, renforcer et diversifier ses compétences et s’adapter aux changements.

L’esprit de compétition : Certaines entreprises encouragent l’innovation en organisant des compétitions. Le but est de présenter un projet complet, innovant, qui respecte les principes sociaux et environnementaux du développement durable.

S’exprimer librement et sans barrières : valoriser le côté humain !

Trop de dirigeants ont tendance à négliger le contact humain, pensant à tort que les réunions permettent d’établir et d’entretenir le lien avec les collaborateurs. En effet, les conversations en face à face offrent au manager l’occasion de mieux connaître ses collaborateurs.

Chacun est libre d’exprimer un besoin ou une idée d’innovation, quel que soit son service ou sa fonction. Les collaborateurs peuvent échanger avec le supérieur hiérarchique. Cette démarche favoriserait le sentiment d’appartenance, en plus du recueil d’idées créatives.

L’enjeu : mettre l’expression individuelle au service de la responsabilité collective.

Esprit d’équipe : un moteur de réussite

On ne peut véritablement parler de cohésion dans un groupe que si ses membres prennent plaisir à être ensemble et s’ils collaborent et agissent ensemble pour atteindre un objectif commun. On ne peut ignorer que derrière chaque réussite personnelle se cache souvent un important travail d’équipe.

Les dirigeants sont conscients de l’importance d’une culture positive qui implique l’ensemble des équipes, et des effets concrets sur la productivité et la rentabilité.

Il faut cultiver l’entraide, la confiance, l’esprit d’équipe et être attentif aux besoins de ses collaborateurs.

Pour un climat social optimal, soignez votre culture d’entreprise !

 

 



Roeya ZOUARI

Rédactrice WEB

 

Stress, dites-vous ?

 

Une étude sur la santé psychologique sur une population de plus de 30 000 salariés évalués entre mi-janvier 2013 et mi-juin 2017 sur un échantillon de 32 137 salariés travaillant dans 39 entreprises de secteurs d’activité très variés, a révélé que 52% des employés présentent des signes élevés d’anxiété, 24% des employés seraient dans un état d’hyper stress et les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes.

Pour revenir sur les facteurs de stress, 72% des salariés ont annoncé devoir traiter de nombreuses informations complexes dans une courte durée de temps, 88% des salariés estiment que leur métier nécessite de plus en plus d’adaptation et qu’ils ne pouvaient prévoir leur travail sur les deux prochaines années, 56% des employés ressentent un manque d’autonomie et une non-participation aux décisions touchant à leur travail.

Les « 40–50 ans » et les « plus de 50 ans » sont les plus touchés par le stress (avec respectivement 27% et 26% d’hyper stress). Les « moins de 30 ans » seraient moins touchés par le stress, et la tranche des 40-50 ans est la plus affectée par le phénomène,  les cas les plus fréquents de suicide sont enregistrés auprès de ces derniers.

Le «  manque de soutien moral au travail »  est un facteur de stress qui concerne  33% des salariés, avoir un travail qui ne « valorise pas l’employé » et qui ne donne pas une bonne image de soi toucherait 29% des employés, la «  mauvaise ambiance au travail » est signalée auprès de 27% des employés.

Les difficultés relationnelles concernent un nombre limité de salariés, ils ne sont que 15% à avoir une «mauvaise relation avec leurs supérieurs » et 18% à avoir des « contacts non satisfaisants avec les gens » tandis que « Etre en contact avec des gens impolis » sont des situations qui touchent moins de 20% des employés mais ont des effets plus que néfastes sur le moral des employés.

Les moins de 30 ans seraient plus affectés par le « manque de soutien des supérieurs» et le manque de reconnaissance, les  plus de 50 ans se plaignent davantage d’avoir « un conflit entre leurs valeurs et celles de leur entreprise ».

En tant qu’employeur, vous ne pouvez gérer tous les facteurs de stress de vos employés, les rythmes de vie de vos employés n’est certes pas de votre ressort mais en facilitant  leur inscription dans un club de fitness, vous participez indirectement à leur bien-être, pour leur garantir une alimentation saine, la mise à disposition d’un restaurant d’entreprise est une solution à envisager.

Certaines personnes sont plus prédisposées que d’autres à céder au stress en raison de facteurs héréditaires ou sociologiques (environnement social, ou économique) mais vous pouvez au mieux assurez une bonne communication avec et entre les employés pour limiter les non-dits et les malentendus, il est donc conseillé de :

  • Tenir des réunions d’équipes régulières
  • Eviter la surcharge de travail
  • Prévoir des programmes de formations
  • Mettre en place un système de reconnaissance du travail ainsi qu’une bonne gestion des talents
  • Asseoir un réseau social d’entreprise et l’animer intelligemment
  • Prévenir le harcèlement psychologique et favoriser la civilité au travail
  • Mener des actions de sensibilisation contre l’usage de tabac, de drogues…(des challenges en interne par exemple) .
Comment remercier ses employés ?

Il est certes bien gentil d’offrir des cadeaux de fin d’années, de trouver 10 idées de cadeaux de fin d’année mais le sujet semble beaucoup plus complexe quand on réalise que plus de 88% des employés sont désengagés et que 13% d’entre eux sont en recherche active de nouvelles opportunités.

 

Que faire alors ?

Comme en chine, il y a une recette de médecine douce en ressources humaines, baptisée « Le développement durable RH ». Elle est appliquée depuis bientôt trois ans chez Advyteam Group : injectée dans un mode de travail collaboratif, la méthode est innovante et commence à porter ses fruits en termes de fidélisation et d’engagement.

 

Comment opère le développement durable RH ?

Le développement durable RH est un processus de management qui vise à fidéliser les employés et à créer une dynamique interne basée sur le respect et l’écoute.

 

Instaurer un climat de confiance et de respect :

Communiquez ! Ne laissez pas l’incompréhension s’installer entre vous et vos employés. Pour cela il y a plusieurs moyens, à la fois pour informer ses employés des activités de l’entreprise et pour entretenir des rapports privilégiés avec eux.

Dans un monde idéal, le chef d’entreprise serait l’ami de tous mais comme cela est humainement irréalisable, la communication interne (newsletters, entretiens individuels..) et la communication avec le pole RH doivent être efficaces avec des délais de réponses rapides.

 

La digitalisation RH :

La gestion RH intégrée dans une digital workplace est actuellement en train de révolutionner le monde des ressources humaines.

Plus question de laisser végéter les requêtes  des employés ;  algorithmes et intelligence artificielle feront 80% du travail, aussi bien pour la gestion des congés, des paies et des frais divers, que pour toute autre demande, le tout enveloppé dans un système de gestion de talents à la pointe de la technologie.

 

Etre innovant et créatif :

Parlez aux intelligences multiples de vos employés : qu’elle soit visuelle, sonore, spatiale, sensorielle ou émotionnelle (storytelling). Ne négligez rien et explorez différents supports, cela servira aussi bien votre communication interne que votre image de marque. Il n’y a pas de meilleur ambassadeur qu’un employé qui vante son entreprise !

 

Donner du sens :

Donnez du sens à vos actions, inscrivez-les dans une identité propre à votre entreprise, ce n’est pas un hasard que certains slogans d’entreprise sont devenus cultes alors Just do it !

 

Connecter :

Connecter les employés entre-eux peut se faire à plusieurs niveaux :

  • Créer des groupes de travail et structurer une architecture d’équipe qui favorise l’interaction et l’échange d’idées.
  • Installer un réseau social d’entreprise et charger un responsable pour animer la communauté.
  • Consacrer un budget de team-building avec de petites et de grandes actions sur l’année.
  • Faciliter la création de clubs internes: cinéclub, fitness club…